RV à l'expo POINTS DE SUSPENSION

Rencontre avec les artistes AZARA San et Laurent VERRIER

LES WEEK-END   29/30 JUILLET  et  5/6 AOUT
samedi 10h - 19h  /   dimanche 15h - 19h









Exposition du 30 juin au 13 août 2017
Eglise Saint-Etienne de BEAUGENCY (45)

Carla Milivinti 06 08 61 07 86
galeriecarlamilivinti5@gmail.com

GRANDE INTRODUCTION - Espace Jaune de Points de suspension




MAMMA MIA IV - Espace Bleu Points de suspension







Article POINTS DE SUSPENSION

Une exposition aux frontières du visible


Qui de l’aveugle ou du voyant voit vraiment?? ». Les deux artistes tentent d’y répondre. © Droits réservés




Jusqu'au 13 août, l'église Saint-Étienne accueille « Points de suspension », une installation de peintures et de sculptures d'Azara San et Laurent Verrier.
Inspirée d'une nouvelle de H.G. Wells, c'est une invitation à voyager au « Pays des aveugles ». Les deux artistes ont constaté que l'essentiel de notre compréhension du monde est confié à la vue. L'art et l'esthétique n'échappent d'ailleurs pas à la règle.
Toucher du regard
Pourtant, « voir est bien plus complexe que d'avoir des yeux ». Les formes, les textures, les reliefs et même les couleurs sont perçus par les aveugles. Dès lors, l'exposition va solliciter le visiteur physiquement. Elle l'invite à saisir l'espace, « en touchant du regard, en regardant avec les doigts ». On comprend qu'elle ne s'adresse pas qu'aux yeux, bien au contraire.
Avec ses peintures sur plastique, transparentes et mobiles, Azara San s'est emparée du lieu en lui affectant des espaces dédiés aux couleurs primaires et à leurs affects pressentis. Elle y associe les sculptures de Laurent Verrier, faites de strates successives d'acier. Particularité de celles-ci, en y « regardant » de plus près, on s'aperçoit que leurs surfaces sont constellées de petits points en relief, qui semblent organisés en une écriture énigmatique. C'est tout simplement du braille qu'utilise l'artiste pour retranscrire la nouvelle de H.G. Wells, ici reproduite, afin d'être lue, à terme, par des aveugles.
J'y vais. Du mardi au vendredi, de 15 à 18 heures ; samedi, de 10 à 13 heures et de 15 à 18 heures ; dimanche, de 15 à 18 heures. Présence des artistes les 29\30 juillet, 5\6 août et sur rendez-vous.

POINTS DE SUSPENSION - expo du 30 juin au 13 août - BEAUGENCY






Vernissage vendredi 30 juin à 18h30

Exposition du 30 juin au 13 août 2017
Eglise Saint-Etienne de BEAUGENCY (45)

Carla Milivinti 06 08 61 07 86
galeriecarlamilivinti5@gmail.com



 AZARA San, peintre de la transparence, et Laurent VERRIER, sculpteur d’acier, explorent les frontières du visible. Convaincus de l’importance d’interroger notre vue, les artistes ont voyagé au “Pays des aveugles” sur les chemins d’un H.G. Wells, d’une Sophie Calle...*
L’exposition restitue leurs impressions, des signes, des codes apparaissent. Les couleurs, les matières se tendent vers le visiteur et l’engage physiquement à toucher du bout des doigts.
Une multitude de vibrations dans un espace de liberté !... Réalité ou mirage?...
“points de suspension”

DOSSIER DE PRESSE A TÉLÉCHARGER ICI 


L’envie de voyager au “pays des aveugles” est venue en lisant la nouvelle de H.G. Wells*. Il dénonce, sur le mode du conte, la fatuité d’un homme voyant qui cherche à dominer une communauté d’aveugles. Mais qui, de l’aveugle ou du voyant, voit vraiment?
Dans cette histoire l’écrivain visionnaire anticipe les problèmes posés par la domination visuelle qui fait aujourd’hui société. Oui, c’est bien à la vue que nous confions l’essentiel de notre compréhension du monde tandis que nos autres sens fânent. Oui, les images nous envahissent et, devant la somme de clichés visuels, notre empressement à consommer des yeux nuit à notre présence. L’art et l’esthétique subissent aussi cette automatisation forcée du regard.
Pourtant, voir est bien plus complexe que d’avoir des yeux. Les formes, les lignes, les couleurs, les textures, les reliefs, les pleins, les vides sont largement perçus par les aveugles. C’est qu’il circule des ondes, des signes et des codes en filigrane, des caractères invisibles à l’oeil nu. On ne possède pas la vue, elle se pratique en lien avec le réel.
“points de suspension” est une exposition de ce retour de voyage au “pays des aveugles”. Elle présente des oeuvres qui tentent de restituer une part de réalité manquée . Elle implique le visiteur physiquement, l’invite à saisir l’espace en touchant du regard et en regardant du bout des doigts.
Ce n’est pas un parcours aveugle mais une proposition d’usage pour une perception visuelle plus complète, plus juste.




POINTS DE SUSPENSION - note d'intention

Amblyope de naissance, j’ai la chance de ne pas bien voir mais d’apprendre à voir tous les jours. Et ce n’est pas une simple histoire d’oeil ! Sauf à voir du bout des yeux qui se limite à recevoir des directives et informations... Il y a surtout voir à bras le corps qui engage l’intégralité de mes perceptions physiques, psychiques et sociales.
Pour “points de suspension” j’ai entrepris de découvrir l’espace de l’église Saint-Etienne de Beaugency avec cette vision pleine, en considérant le dynamisme des affects. Puis j’ai restitué ce que j’ai perçu, non pas en une succession d’images accrochées aux murs, mais en une seule image entière et organisée. Les sculptures de Laurent y sont intégrées.
C’est un tableau à l’echelle du lieu, à parcourir pour voir.



Ce lieu est une cuve qui forme un tout.
Mais aussi une sorte de cube 
que l’on aurait déployé en quatre volets
libérant le champ des couleurs primaires 
et leurs affects pressentis :

espace noir/blanc - rytme, flux, contraste, frontière...
espace jaune - trou, disparition, tas, chantier, côté...
espace rouge - fente, coulure, interdiction, main droite...
espace bleu - tube, gangue, filet, sens unique, mamma mia...

Dans ma recherche je poursuis une peinture dans la relation à...
Peu m’importe qu’elle soit figurative ou tachiste pourvu qu’elle ne se fige pas dans une représentation et qu’elle participe de ce qui l’entoure, en connexion. De cette façon, la peinture fait chair et joue, comme on dit au cinéma.
Transparence, transformation et transfert. Je la traite comme une peau libérée de la toile opaque et de son lourd châssis.
Elle est suspendue à l’espace, se décolle du mur ou le troue. Elle est attachée au temps, emprisonne l’instant ou s’écoule. Et ne se retient pas.

étude beaugency




"repliez la couche supérieure de l'angle inférieur vers le haut, aussi loin que possible"



EXPOSITION BARJU - univers chiffonné




"activer la maison de vacances pour les modérateurs 
en cas d'abus modifier les dates de Noël prochain"












Série des "Univers Chiffonnés" 











RESET - Galerie LyeuxCommuns - 18 au 27 novembre 2016

        
             
Avec la série RESET nous sommes conduit dans l’espace médiatique à la recherche d’une réalité perdue. Existe-il encore des traces humaines dans ce réseau exclusif et formaté? 
Je présente des micro-prélèvements choisis, grossis, on peut dire observables « à la loupe ». Au premier coup d’œil le constat est acide. Notre société hyper-moderne atomise l’individu, le désincarne, le vide de son sens. Mais de fragments en fragments, mis bout à bout, les échantillons réveillent l’imagination. Notre intuition nous guide et invite avec “trois fois rien” à reconstituer une réalité partagée, pleine d’humour et de poésie.


“ RESET  en informatique signifie réinitialiser. Pour moi, c’est faire le point sur des images qui sont à l’origine d’une série de peintures depuis plus de 10 ans. Une collection d’images avec sous-titre, des prétendues informations prélevées dans le journal local. 
J’ai choisi de dévoiler cette source dans son aspect le plus brut et de partager la manière dont elle m’a touchée.
Prononcé à la française, “risette” est aussi le petit mot doux du sourire familier. Et c’est important, car si cette recherche est d’abord née d’une colère engagée contre le formatage mediatico-publicitaire, elle m’a surtout conduit à retrouver le sourire. Car enfin, en prenant bien le temps de l’observation, la poésie du réel déjoue toujours le vide que les médias nous laissent."

18 19 20 25 26 27 novembre 2016
et sur rendez-vous
0695102564
Galerie Lyeuxcommuns
27 rue Etienne Marcel, Tours





ARTICLE - Horizontal Dive


ARTICLE

LE SITE DE L'ART CONTEMPORAIN ET DES IDÉES SUR ÇA



par Fabrice Bothereau

Laurent Verrier et Azara San exposent au Château Monastère de la Corroirie (XIIIe siècle), situé à Chemillé-Sur-Indrois, entre Loches et Montrésor (Indre-et-Loire), du 1er juillet au 30 novembre.
On distingue quatre types de sculptures sur place. Une partie est, dirions-nous, hors-contexte, tandis que l’autre est ultra-référencée, puisqu’il s’agit d’un chemin de croix. Verrier a installé trois ensembles de croix, qui, au fur et à mesure des « stations », s’affaissent considérablement, tandis que ce chemin aboutit à une feuille de polycarbonate posée au sol et tachée de rouge, rouge provenant d’une « cascade écarlate », peinte par Azara San, et qui descend du plafond.
Dès la première station, les croix ne sont pas rigides, elles sont amollies ; et se dégage alors une étrange densité de la matière elle-même, et du rythme, que Verrier impose à ses sculptures ; rythme qui a tout d’une nature liquide. Verrier est un jeune sculpteur. Cela fait quatre ans qu’il s’est lancé dans la sculpture. Ces œuvres sont en acier doux, qu’il achète brut, et travaille à froid, ou au chalumeau, notamment.

HORIZONTAL DIVE - Château-monastère de la Corroirie - prolongation jusqu'au 30 octobre



"OUT OF THE BLUE"

Installation InSitu, Eglise de la Corroirie


ASHES TO ASHES
Do you remember a guy that's been
In such an early song
I've heard a rumour from Ground Control
Oh no, don't say it's true
They got a message from the Action Man
"I'm happy. Hope you're happy, too.
I've loved. All I've needed: love.
Sordid details following."
The shrieking of nothing is killing me
Just pictures of Jap girls in synthesis
And I ain't got no money and I ain't got no hair
But I'm hoping to kick but the planet is glowing
Ashes to ashes, funk to funky
We know Major Tom's a junkie
Strung out in heaven's high
Hitting an all-time low
Time and again I tell myself
I'll stay clean tonight
But the little green wheels are following me
Oh, no, not again
I'm stuck with a valuable friend
"I'm happy. Hope you're happy, too."
One flash of light
But no smoking pistol
I never done good things
I never done bad things
I never did anything out of the blue,
Want an axe to break the ice
Wanna come down right now
Ashes to ashes, funk to funky
We know Major Tom's a junkie
Strung out in heaven's high
Hitting an all-time low
My mama said, "To get things done
You'd better not mess with Major Tom."

dAVID bOWIE


HORIZONTAL DIVE - Château-monastère de la Corroirie - 1er Juillet au 30 septembre

























Le CHATEAU-MONASTERE de la Corroirie 

vous invite à découvrir les dernières œuvres de Laurent Verrier et Azara San 
dans le cadre singulier de l'église, du cellier et des moulins du domaine.

L'exposition intitulée HORIZONTAL DIVE (plongeon horizontal) 
réunit une série de pièces peintes et sculptées inspirée d'un mouvement choc, un point de contact où tout bascule de l'un à l'autre.
Avec ses modules d'acier, Laurent Verrier s'empare du motif comme d'un alphabet et ouvre un dialogue sensible avec la géométrie du lieu, tandis qu'Azara san voile et dévoile les vieilles pierres du monastère de "peaux" légères et sans retenue.

vernissage samedi 2 juillet à partir de 17h
Accès
à 12km de Loches sur la route de Montrésor par D760
La Corroirie - Chemillé sur Indrois
Coordonnées GPS Lat 47.151 ; Lon 1.14

Horaires
tous les jours de 11h à 19h
du 1er juillet au 30 septembre

Contact
 presse : Sandrine 0675488487
visite : Jeff De Mareuil 0680433875


Tournage Bliss de Dahlie--- dans les Pilux







Film Bliss
réalisation Dahlie
production Remy Cheval et Laurence Dréano
Diffusion au château de Tours en septembre 2016

horizontal dive


Pilux de déclusion en chrysalide
70x70x30
film polycarbonate et chatertone

étude "nuit blanche"



préparation performance pour la nuit blanche des ateliers de la morinerie
rétroprojection 300x300